Questions/Réponses - Grippe saisonnière

Retrouvez ci-dessous toutes les réponses à vos questions sur la vaccination contre la grippe saisonnière 2023-2024.

Grippe saisonnière : une infection virale contagieuse courante

La grippe est une infection virale des voies respiratoires. Elle se manifeste par l’apparition souvent brutale d’une fièvre, de courbatures, de douleurs articulaires, de maux de tête, d’une toux et d’une fatigue intense. Les virus grippaux sont responsables d’épidémies saisonnières. L’épidémie de grippe saisonnière en France métropolitaine survient chaque année au cours de l’automne et de l’hiver, généralement entre novembre et avril.

La grippe est très contagieuse. Les virus grippaux se transmettent facilement par les gouttelettes projetées par la personne infectée lorsqu’elle parle, tousse ou éternue. La transmission peut se faire également par les mains, le contact avec des objets et surface contaminés. Elle est favorisée par la promiscuité (lieux fermés, transports, …)

En moyenne 2 millions de consultations pour syndromes grippaux en médecine de ville sont rapportées chaque année, soit environ 3% de la population française. Toutefois, toutes les infections grippales ne conduisent pas à une consultation médicale, indiquant que le nombre total d’infections par la grippe au sein de la population française chaque année est bien supérieur.

Grippe saisonnière : une maladie qui peut être grave

Dans certains cas, la grippe peut évoluer vers des complications graves qui peuvent nécessiter une hospitalisation ou entraîner le décès, et ce particulièrement chez les personnes à risque. Les complications de la grippe peuvent être dues à l’infection virale elle-même, aux surinfections bactériennes (pneumonies) favorisées par l’infection grippale ou à l’aggravation d’une maladie chronique préexistante.

Les complications de la grippe touchent principalement les personnes âgées de 65 ans et plus et les personnes souffrant de certaines maladies chroniques (cardiaque, pulmonaire, métabolique, etc.) ou immunodéprimées.

Les femmes enceintes présentent également un risque augmenté de complications respiratoires. De plus, en cas de grippe grave chez une femme enceinte, il existe un risque de mort fœtale in utero, d’avortement spontané et d’accouchement prématuré.

En moyenne, Santé publique France estime qu’environ 9 000 décès par an en France sont attribuables directement ou indirectement (surinfections, décompensation de maladies chroniques) à la grippe (période d’étude : 2011-12 à 2019-20). Plus de 90% des personnes dont la survenue du décès serait attribuable à la grippe sont âgés de 65 ans ou plus, et donc éligibles à la vaccination.

Vaccination contre la grippe saisonnière : Pour qui ?

La vaccination est recommandée chez les personnes à risque de grippe sévère ou compliquée :

  • Les personnes âgées de 65 ans et plus ;
  • Les femmes enceintes, quel que soit le trimestre de la grossesse ;
  • Les personnes, y compris les enfants à partir de l’âge de 6 mois, atteintes de certaines maladies chroniques ou immunodéprimées ;
  • Les personnes présentant une obésité avec un indice de masse corporelle (IMC) ≥ 40 kg/m2 ;
  • Les personnes séjournant dans un établissement de soins de suite ainsi que dans un établissement médico-social d’hébergement quel que soit leur âge ;
  • L’entourage des nourrissons de moins de 6 mois à risque de grippe grave ;
  • L’entourage des personnes immunodéprimées ;
  • Les professionnels en contact régulier et prolongé avec des personnes à risque de grippe sévère ;
  • Le personnel navigant des bateaux de croisière et des avions et le personnel de l’industrie des voyages accompagnant les groupes de voyageurs (guides), ainsi que les professionnels des filières porcines et avicoles (afin d’éviter l’émergence de nouveaux virus grippaux).

Les personnes ciblées par les recommandations de vaccination contre la grippe sont détaillées dans calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2023.

Les femmes enceintes font partie des personnes à risque de grippe sévère, il est donc indispensable qu’elles se fassent vacciner contre la grippe saisonnière quel que soit le terme de la grossesse.

Les vaccins contre la grippe saisonnière sont des vaccins inactivés, ils ne peuvent donc pas donner de grippe chez la femme enceinte ou le fœtus.

Les nourrissons de moins de 6 mois ne peuvent pas être vaccinés contre la grippe. Ils peuvent être protégés par la vaccination de leur mère pendant la grossesse, par la vaccination de leur entourage pour ceux qui sont à risque de forme grave et par les gestes barrière de leur entourage.

La vaccination peut être désormais proposée à tous les enfants âgés de 2 à 17 ans révolus, conformément à l’avis de la Haute Autorité de Santé (HAS). Le vaccin est pris en charge à 65% pour les enfants sans facteur de risque.

Les personnes non ciblées par les recommandations peuvent se faire vacciner contre la grippe à leurs frais.

La vaccination est le premier geste pour se protéger. En complément les gestes barrières (port du masque, lavage des mains, distanciation physique) permettent de réduire le risque d’être infecté par les virus respiratoires comme la grippe et le SARS-CoV-2 et d’en limiter la transmission à son entourage.

Modalités de la campagne de vaccination 2023-2024

La HAS, dans son avis du 23 février 2023, recommande d’organiser une campagne de vaccination contre le Covid-19 à l’automne 2023 en direction des personnes à risque de forme grave et de coupler cette campagne à celle de la grippe.

La campagne de vaccination grippe débutera cette année le 17 octobre 2023 en métropole, en Guadeloupe, à la Martinique et en Guyane et le 6 septembre 2023 à Mayotte.

Pour les personnes à risque de forme grave ainsi que l’entourage des nourrissons de moins de 6 mois à risque de grippe grave et des personnes immunodéprimées, ciblées par les recommandations vaccinales, le vaccin est pris en charge à 100% par l’Assurance Maladie. En pratique, il est dispensé gratuitement en pharmacie sur présentation du bon de prise en charge.

La majorité des personnes ciblées par les recommandations vaccinales reçoivent un bon de prise en charge du vaccin adressé à leur domicile par l’Assurance Maladie.

Pour les enfants de 2 à 17 ans sans comorbidités le vaccin est pris en charge à 65%.

Pour les personnes de 18 ans et plus non ciblées par les recommandations, le vaccin n’est pas remboursé.

Certaines personnes ciblées par les recommandations vaccinales (personnes obèses avec un indice de masse corporelle (IMC) ≥ 40, femmes enceintes, entourage des nourrissons de moins de 6 mois présentant des facteurs de risque de grippe sévère ou de personnes immunodéprimées) ne peuvent pas être repérées dans les bases de données de l’Assurance Maladie et ne reçoivent pas de bon.

Un bon de prise en charge peut leur être alors délivré par leur médecin, sage-femme quel que soit l’âge de la personne (enfants et adultes) ou, pour les personnes de 11 ans et plus également, par leur pharmacien ou infirmier. Ce bon permet de retirer gratuitement leur vaccin contre la grippe à la pharmacie.

La vaccination contre la grippe est ouverte à tous, mais n’est remboursée par l’Assurance Maladie que pour les personnes ciblées par les recommandations.

Il appartient au professionnel de santé d’informer les parents et de proposer la vaccination. Il n’y a pas d’envoi de bons de prise en charge par l’Assurance maladie. C’est le professionnel de santé qui le leur remettra. Le vaccin est pris en charge à 65% et l’injection dans les conditions habituelles.

Toute personne peut se faire vacciner par un médecin ou sage-femme. Les personnes âgées de 11 ans et plus, ciblées ou non par les recommandations, peuvent aussi se faire vacciner par un infirmier ou un pharmacien en officine.

Les enfants de moins de 11 ans peuvent se faire vacciner par un infirmier sur prescription de l’acte d’injection.

Efficacité et protection vaccinale

Il faut compter une quinzaine de jours pour que les personnes vaccinées soient protégées.

La durée de protection du vaccin est de l’ordre de 6 mois.

Cette estimation moyenne dépend de nombreux facteurs comme l’âge, ou encore les souches virales circulantes et le type de vaccin.